Skip to main content

Cette année 5781 est très particulière et exceptionnelle dans son calendrier. Entre autres, on trouve rarement Pourim dans la semaine de Chabat Tetsavé. On va donc essayer de trouver un rapport entre ces deux évènements.

A la fin de la Meguila, on lit : Layehoudim haïta Ora … : Le peuple juif a bénéficié d’une lumière et d’une joie spéciales. Comment fabrique-t-on une telle lumière (qui est la clarté dans la Emouna dans son cœur) ?

On le voit au début de la Paracha : il faut prendre des olives et les concasser … Katit Lamaor. Les olives sont amères, elles ne brûlent pas. Si on les écrase fort et longtemps, elles donnent une huile qui donnera une lumière claire.

Le Midrash apprend de là, que les épreuves, les difficultés, les angoisses (telles que celles vécues à l’époque des décrets de Haman) construisent le Lumière. Par la Tefilah, les jeûnes et la techouva, ils ont atteint le But qui était fixé. Les souffrances on disparu, remplacées par la Joie.

Bon Pourim à tous !